Musiciens

JPEG - 133 ko

Etienne Vincent commence la guitare rock à treize ans et découvre ensuite le jazz grâce au guitariste Gilles Trial. Il suit son enseignement à Jazz Action Valence jusqu’ en 1999, puis étudie à l’ENM de Villeurbanne et au CNR de Lyon. Il y obtient son DEM jazz en 2004.
Sur Lyon, il participe à la création du collectif Polycarpe, se produit avec "Drawbars Organ trio" (avec David Bressat et Stephane Foucher), joue et enregistre un album avec Néo (groupe électro jazz leadé par D. Bressat), et avec Etienne Vincent Quartet, première version (avec Remy Kapriélan, Clément Edouard et Basile Mouton).
Il se produit notamment au Théâtre de Minuit pour Jazz à Vienne 2005, au festival du péristyle de l’opéra de Lyon, au festival du Hot Club de Lyon.
En 2007 il reprend le chemin de l’école, au Centre des Musiques Didier Lockwood, où il étudie pendant un an auprès et des plus grands musiciens de jazz français. Il sortira diplômé avec mention.
Il poursuit parallèlement ses projets sur Valence, avec la chanteuse Anne Sila, Mellophonic quartet (Manu Domergue, Alexandre Bes, Nicolas Seret) et Siam trio.
Sur Paris, il multiplie les rencontres et se produit notamment avec Michel Pérez, Serge Merlaud, Fred Borey, Julien Pontvianne, Olivier Bogé...
Il monte son nouveau quartet à l’automne 2012, dans l’objectif de jouer ses compositions accompagné de musiciens partageant une même vision de la musique : écoute, dialogue, énergie, nuances.
Il enregistre le disque Courants en décembre, auprès de Noé Macary (piano), Damien Varaillon (contrebasse) et Simon Bernier (batterie), sortie en mai 2013 ;
Dès lors le projet se poursuit, principalement sur scène :
concerts au Train Théâtre (26), au Sunset et il obtient le 2ème prix de Soliste lors des Trophées du Sunside en septembre 2013. Dernièrement, trois soirées pour le festival du péristyle de l’opéra de Lyon (juin 2014).
Dernier projet : Le "Beatles Project" avec Sandrine Marchetti (piano), et Leila Renault (contrebasse). EP en préparation, sortie cet automne.

JPEG - 26.8 ko

Le parcours musical de Paul Anquez est ouvert : il s’initie à la musique au conservatoire de Calais où il étudie le piano classique puis le jazz, l’électro-acoustique et le chant. À Paris, il étudie la musicologie à la Sorbonne puis le jazz au Conservatoire National Supérieur (CNSMDP). Il est ensuite sélectionné pour un master européen à travers lequel il étudie au Rhythmic Music Conservatorium de Copenhague ainsi qu’au Jazz Institute Berlin.
En tant que pianiste, Paul travaille fréquemment avec la voix. Les duos qu’il forme avec Isabel Sörling, Virginie Capizzi, ou sa contribution dans le groupe Archibald en sont quelques exemples actuels.
Passionné par la composition et l’arrangement, il a monté des projets originaux en grand ensemble, à l’image d’un groupe atypique réunissant un quintet de jazz et un quatuor à cordes, d’un 15tet pour le spectacle musical “itinéraire d’une goutte d’eau”, avant de fonder le 13tet OSIRIS.
Avec ces différents projets Paul a remporté plusieurs prix et concours nationaux (Versailles Jazz Festival, Concours Jazz à Vannes, Trophées du Sunside), et est sélectionné en 2010 au Concours National de Jazz de la Défense.
Paul compose par ailleurs régulièrement pour big band. Au cours de la saison 2011/2012, il écrit à deux reprises pour le Théâtre du Châtelet à l’occasion des projets Ella pour toujours et Fly me to the moon.
Paul est aussi chef de chœur et travaille avec plusieurs ensembles en région parisienne pour lesquels il et écrit régulièrement des arrangements.
En 2012, il écrit un répertoire pour la chanteuse Isabel Sörling et orchestre à cordes, destiné à être joué par des ensembles étudiants issus de conservatoires de musique. Quelques mois plus tard, il saisit l’opportunité de travailler avec Vince Mendoza et le Metropole Orchestra sous la direction de Vince Mendoza, avec Richard Bona en invité.
Il écrit actuellement des arrangements pour le groupe vocal Ego-System et compose une musique de film pour l’orchestre Kosmofony.

JPEG - 100.3 ko

Leila Renault commence le piano à l’âge de 6 ans et la contrebasse à l’âge de 18 ans. En parallèle d’études scientifiques, elle poursuit des études au CNR de Lyon avec J. Regard en jazz et J.M. Verne en classique. Elle obtiendra son Diplôme d’Etudes Musicales de contrebasse classique en 2008. Elle continuera ensuite ses études au Conservatoire Royal de La Haye avec H. Van de Geijn et J.P. Everts. Elle est actuellement en Master au CNSMD de Paris et travaille en particulier avec R. Del Fra, H. Sellin et F. Theberge.
Leïla Renault participe actuellement à différents projets dans des styles aussi divers que de jazz et musique improvisée (Simulacre, IQ4tet, Tréma quartet), de pop (Half seas over), de musique de l’Est (Sorinn, Brin’Tzig), de chanson française (Djazz’elles), de musique manouche (Pigalle Swing), tango, de musique classique, de musique contemporaine. Elle affectionne les réalisations artistiques qui associent des univers artistiques variés. Les aventures qu’elle partage avec « Altouras » (mélodie & peinture), avec « Au bonheur des hommes » (comédie musicale) ou avec la compagnie « Corps et des Accords » (danse) participent de cet élan.